Stratégies alimentaires pour la gestion du SOPK

Stratégies alimentaires pour la gestion du SOPK

L’alimentation est un facteur très important dans la gestion du SOPK. En effet, plusieurs stratégies alimentaires peuvent aider à améliorer la resistance à l’insuline souvent dominante dans cette condition.

SOPK 101

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est un trouble hormonal qui touche 6 à 10% des femmes en âge de procréer. Ce syndrome se caractérise par une production anormalement élevée d’hormones androgènes telles que la testostérone. Ceci peut causer un dérèglement hormonal et entraîner des cycles menstruels irréguliers.

L’excès de testostérone empêche également la maturation des follicules. Malheureusement, ceci impacte l’ovulation et cause des problèmes de fertilité. 

Le SOPK est associé à une résistance à l’insuline. En effet, lorsqu’on mange des glucides, le pancréas secrète une hormone nommée insuline qui permet au sucre de rentrer dans nos cellules. Cependant, quand il y a une résistance à l’insuline, les cellules ne réagissent pas à son action. Ceci empêche l’utilisation de sucre par les cellules, augmentant ainsi le taux de sucre dans le sang. En réponse à cette résistance à l’insuline, les cellules pancréatiques vont sécréter plus d’insuline. D’où pourquoi les stratégies alimentaires qui visent à diminuer cette resistance à l’insuline doivent être explorées. 

ovaires

Les symptômes les plus communs

  • Pilosité excessive
  • Cycle menstruel irrégulier ou absent
  • Peau grasse et acnéique
  • Prise de poids
  • Amincissement des cheveux
  • Trouble de fertilité

L’alimentation est une des approches les plus importantes dans la gestion du SOPK. En effet, une alimentation saine et équilibrée aide grandement à améliorer les symptômes associés à ce syndrome. De plus, l’alimentation peut aider à favoriser un cycle menstruel plus régulier et des cycles ovulatoires. 

Top 3 stratégies alimentaires que je travaille souvent avec mes clientes:

1-Commencer la journée avec un déjeuner équilibré et protéiné

Pour contrôler la résistance à l’insuline souvent associée au SOPK c’est très important d’avoir une source de protéine et de gras au repas. Ceci va aider à ralentir la rentrée du sucre dans le sang. Commencer par un bon déjeuner donne un bon point de départ et permet de diminuer les rages de sucres qui peuvent survenir en fin de journée.

Déjeuner est également une stratégie gagnante pour la gestion du poids souvent problématique avec le SOPK. Parmi les protéines que vous pouvez intégrer au déjeuner: saumon fumé, des œufs, du tofu, du yogourt grec ou SKYR, des noix, du fromage faible en gras … 

2-Choisir des glucides qui ont un faible indice glycémique

L’indice glycémique (IG) permet de classer un aliment qui contient des glucides selon l’augmentation de la glycémie après la consommation de cet aliment. Un aliment qui a un faible indice glycémique ne favorise pas une augmentation rapide de la glycémie après le repas.

Quelques exemples d’aliments avec un faible IG : bulgur, quinoa, orge, patate douce, pomme, baies, orange, poires, légumineuses… Le type de glucides et la répartition des glucides aux repas sont des facteurs importants à considérer dans l’assiette.

Divisez votre assiette en deux, 1/4 doit representer la portion des féculents dans l’assiette.

sources de glucides

3- Maximiser l’apport en aliments riches en antioxydants

Le SOPK est associé à un stress oxydatif plus élevé. Ajouter au quotidien des aliments riches en antioxydants aide à diminuer l’impact du stress oxydatif sur le corps. Mes aliments préférés sont les baies, le thé vert ou matcha, les légumes colorés et les épices! Parlant d’épices, la cannelle est particulièrement intéressante pour le SOPK. Plus de détails sur les épices ici 

Si tu veux plus de conseils au féminin abonne toi à mon infolettre!

Leave a Reply